Université

CoRTecS, « vers une juste représentation de la richesse de nos ressources scientifiques »

De tailles, d’ambitions et de thématiques variées, les plateformes de recherche fourmillent à l’Université de Strasbourg. Afin d’y voir plus clair et de tirer le meilleur profit de ces outils supports à la recherche, un vaste projet de cartographie et de labellisation a été lancé sous la double tutelle des vice-présidents Rémi Barillon (Recherche, formation doctorale et science ouverte) et Michel de Mathelin (Relations avec le monde socio-économique et valorisation). Son pilote, Erwin Guet, nous en dit plus sur CoRTecS (Core Research Technologies & Services Strasbourg).

« Même les scientifiques du site strasbourgeois n’ont pas idée de tout ce qui peut se faire au sein des plateformes. Alors imaginez ce que c’est dans la communauté universitaire au sens large, sans parler du monde socio-économique… » Pour tenter de mettre fin à cette situation de fait mais aussi pour développer une politique structurante de soutien, un projet de cartographie a été lancé en 2016. Celui-ci ne s’est véritablement concrétisé qu’à l’arrivée d’un chef de projet, Erwin Guet, en 2019.

Transversale, la cartographie des plateformes est menée à l’échelle du site strasbourgeois, sous la direction d’un comité de pilotage réunissant les vice-présidents (VP) de tutelle (Rémi Barillon et Michel de Mathelin) et le directeur de la recherche et de la valorisation (Pierre Mirabel), mais aussi Conectus (à travers sa directrice, Caroline Dreyer) et des représentants des délégations régionales du CNRS et de l’Inserm.

« Effet boule de neige »

2022 est véritablement l’année de l’épanouissement du projet : « A son terme, nous espérons avoir constitué un réseau de 70 à 80 plateformes labellisées, grâce à un effet boule de neige », souligne Erwin Guet. La rédaction d’une charte de qualité est en cours, qui devrait elle aussi aboutir au premier trimestre de cette année. « A l’heure actuelle, 115 structures d’appui à la recherche ont manifesté leur intérêt, montrant toute la plus-value de la démarche CoRTecS et le potentiel scientifique du site de Strasbourg. Certaines se retirent du processus car elles manquent finalement de maturité. Nous pourrions aussi, à terme, assister à des regroupements de plateformes. »

Parmi les critères obligatoires pour prétendre à la labellisation (lire encadré) : l’ouverture aux tiers (laboratoires du site strasbourgeois, académiques hors Strasbourg, collectivités, entreprises), la participation à des projets de recherche et les prestations de services. « Celles qui sont déjà labellisées au niveau national ou européen (six plateformes labellisées IBiSA), ou bénéficiant d’un label qualité type ISO (treize plateformes certifiées ISO 9001), bénéficient bien entendu d’une labellisation quasi automatique, parce qu’elles remplissent de fait l’ensemble des critères », précise Erwin Guet.

Stratégie de développement de la recherche

Les objectifs de ce chantier d’ampleur s’inscrivent dans une stratégie de développement de la recherche à l’Université de Strasbourg. Ils ambitionnent d’offrir une meilleure visibilité à ces équipements et aux expertises de l’université, de favoriser l’interconnaissance pour initier de nouvelles collaborations scientifiques, le tout dans une logique de mutualisation des moyens au sein des unités de recherche, en vue de permettre un soutien plus ciblé des tutelles. « Bien sûr, l’ouverture aux tiers permet aussi de se doter de nouvelles ressources pour développer nos plateformes. »

Épauler les plateformes vers la labellisation, pour le chef de projet, c’est aussi « les aider à gagner du temps, à fluidifier leurs organisations, par le biais notamment de la mise en œuvre d’une démarche d’amélioration continue ». Supports du projet CoRTecS, une plateforme informatique a été mise en place (développée par un prestataire), ainsi qu’un site web (développé par la Direction du numérique).

Le développement de CoRTecS ne s’arrête pas là : le recrutement d’un qualiticien est en cours, ainsi qu’un poste mutualisé (basé à la Direction des finances) dédié aux calculs des coûts auditables*. Un budget de 300 000 € a été validé par la Commission de la recherche à l’automne 2021, pour doter les plateformes labellisées de crédits de fonctionnement. Des montants compris entre 5 000 et 15 000 € seront ainsi alloués aux plateformes labellisées CoRTecS, en fonction de leur taille et des équipements dont elles disposent. Le tout est financé par les leviers Recherche et développement de l’activité économique de l’Idex de l’Université de Strasbourg.

Elsa Collobert

* Pour répondre aux exigences de l’Agence nationale de la recherche (ANR)

Chiffres-clés

37 plateformes labellisées CoRTecS à date de fin décembre 2021

115 déclarations d’intérêts

3 étapes de labellisation

Qu’entend-on exactement par « plateforme » ?

Le projet CoRTecS définit la plateforme comme « scientifique de recherche et de services ». Il s’agit donc de structures de support et de soutien à la recherche : dotées de matériel et d’équipements de pointe (traitement d’image, modélisation, spectrométrie…), mais aussi de personnel doté d’une expertise de haut niveau scientifique et technique.

Première étape du projet, le recensement de ces structures fait ressortir une représentation majoritaire du domaine Sciences et technologies, suivie du domaine Vie et santé auxquels appartiennent certaines plateformes reconnues au niveau international. « C’est le plus évident, mais il existe aussi des structures d’expertise et d’offre de formation en sciences humaines et sociales. L’un des enjeux est de leur faire prendre conscience qu’elles peuvent être reconnues comme "plateformes". »

Pour prétendre à la labellisation, une structure doit remplir au moins deux de ces trois missions :

  • soutien à la recherche académique ;
  • proposition de projets ou soutien à la recherche et développement (R&D) d’acteurs de la sphère socio-économique ;
  • soutien à la formation Initiale ou continue par la recherche.
     
  • Découvrir les plaformes du réseau CoRTecS

« Une vision pour le bâti de l... Changer d'article  « Nous formons des musiciens i...