Université

Double cursus Médecine-sciences : former des cliniciens chercheurs

Depuis 2013, les étudiants en médecine de l’Université de Strasbourg ont la possibilité de suivre un double cursus Médecine-sciences (Md-Phd), qui inclut un parcours scientifique précoce, en parallèle de leurs études de médecine. Les contrats de jonction, aujourd’hui en augmentation grâce à une nouvelle convention, sont une aide financière qui leur permet un retour aux études médicales dans de bonnes conditions. Eclairage avec Valérie Lamour1, responsable de ce double cursus2 et présidente du réseau national des filières Médecine-sciences.

Le double cursus Médecine-sciences propose un parcours atypique, qui demande de la persévérance. L’étudiant en médecine réalise son premier cycle de médecine, puis suit un master et potentiellement un doctorat dans la foulée, avant de retourner aux études de médecine pour le 2e cycle (externat) et le 3e cycle (internat). « Les étudiants qui s’y inscrivent doivent avoir une motivation profonde et une appétence pour la recherche. Ils sont confrontés au milieu de la recherche et acquièrent un autre regard sur les questions cliniques. Une véritable acculturation, qui leur permet par la suite d’avoir des mécanismes pour monter des programmes scientifiques, par exemple », explique Valérie Lamour, à l’origine de la création de cette filière, également disponible dans d’autres universités françaises.

Accompagner la montée en puissance de ces doubles cursus

En 2015, sous l’impulsion de Valérie Lamour, l’Université de Strasbourg devient membre fondateur du réseau national des filières Médecine-sciences, avec l'Ecole de l'Inserm-Liliane Bettencourt (EdILB) qui comprend aujourd'hui sept membres. Son objectif est d’accompagner la montée en puissance de ces cursus sur les sites hospitalo-universitaires. A ce jour, six contrats dits « de jonction » par an sont octroyés grâce au financement de la fondation Bettencourt-Schueller.

Ces contrats, attribués après examen des dossiers scientifiques des étudiants du double cursus, attribuent un financement de retour aux études médicales de trois ans, de l’externat à l'internat. Avec ce contrat, les étudiants terminent leurs études de médecine dans de bonnes conditions et surtout restent engagés dans la recherche médicale, à travers leur affiliation à une unité mixte de recherche Inserm-Université de Strasbourg. « Nous sommes aujourd’hui à un tournant. Les étudiants qui se sont engagés dans ce parcours long sont de retour après sept ans et débutent leur 2e cycle de médecine et les étudiants qui s’y engagent sont en augmentation », ajoute Valérie Lamour.

Une recherche biomédicale dynamique

Avec cette convention (voir encadré), l’Université de Strasbourg contribue à augmenter les ressources, pour couvrir la demande. L’apport de 800 000 € permet aujourd’hui de passer de six à sept contrats de jonction par an. « Nous sommes précurseur dans la contribution à ce pool national. L’objectif est aussi d’initier un mouvement pour que les autres membres du réseau deviennent contributeurs. D’autres universités sont en réflexion pour trouver des ressources et s’engager dans ce processus. Notre ambition est d’avoir au niveau national une recherche biomédicale de bon niveau, dynamique, avec des médecins scientifiques ou des cliniciens chercheurs de qualité. Il y a également un enjeu stratégique à fidéliser nos étudiants sur les sites qui les ont formés », commente Valérie Lamour.

Frédéric Zinck

1 Bénéficie du soutien de l'Initiative d'excellence, dans le cadre des Investissements d'avenir

2 Maître de conférences - praticien hospitalier, directrice d'équipe au Département de biologie structurale, intégré à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC)

Une nouvelle convention

Dans le cadre du réseau national des filières Médecine-sciences, Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg, et Gilles Bloch, président-directeur général de l'Inserm, ont signé, mardi 19 octobre, une convention renforçant le programme du double cursus Médecine-sciences (photo). Ce programme de formation scientifique est dédié aux futurs médecins désirant s’impliquer dans la recherche biomédicale. Grâce à cette convention, l’Université de Strasbourg apporte un nouveau soutien financier au dispositif mis en place par l’Inserm, d’une valeur de 800 000 €, permettant ainsi de proposer chaque année une septième offre de contrat sur la période 2021-2028. Cette convention est conclue pour une durée de huit ans, à compter du 1er janvier 2021, et s’achèvera le 31 décembre 2028.

Où en sont les travaux de réha... Changer d'article  Au Musée zoologique, les trava...