Communauté

Pari tenu pour la première édition de Museomix !

Véritable laboratoire d’idées pour les musées, Museomix* tenait sa première édition alsacienne du vendredi 5 au dimanche 7 novembre. Un week-end marqué par la créativité et le bouillonnement d’idées, avec des attentes largement satisfaites, voire même surpassées !

« J’ai eu la chance d’être dans une équipe hyper créative qui débordait d’idées ! En trois jours, il fallait trouver un concept, réaliser des croquis puis se lancer dans la construction d’un prototype… Le projet devait tenir la route et fonctionner lors de sa présentation aux visiteurs ! Pari tenu ! Notre équipe a réussi ! » Tout comme Maëlle Manry, ils sont une trentaine à pouvoir s’enthousiasmer de leur participation à la première édition alsacienne de Museomix. Elle est graphiste, chargée du e-tourisme et de la communication digitale à l’Ecomusée d’Alsace et aux côtés d’autres créatifs, développeurs, codeurs, médiateurs, ils ont passé trois jours à plancher autour des notions d’ouverture, d’expérimentation et de partage des collections universitaires, à travers des dispositifs très concrets.

« Pour certains, c’était leur premier Museomix, témoigne Delphine Issenmann, du Jardin des sciences (JDS), qui a participé au marathon créatif côté organisation. D’autres font partie des habitués, il y avait des Strasbourgeois mais aussi des gens venus de plus loin, jusque Bruxelles où le mouvement Museomix s'est bien implanté depuis dix ans. C’est ça la force du réseau ! » (lire encadré).

Un marathon : c’est le cas de le dire : passé le coup d’envoi, vendredi 5 le matin, en présence du vice-président Culture, sciences-société et actions solidaires, Mathieu Schneider, les cinq équipes ont eu une journée pour trouver une idée, « soumise à l’épreuve des faits par des habitués de Museomix, puis un autre jour pour donner très concrètement corps à cette idée, à l’aide de perceuses, visseuses, planches de bois, vitres en plexiglas et autres imprimantes 3D ».

Objets ingénieux et « interpellants »

A partir de cinq problématiques identifiées par le JDS (inertie des collections, difficultés d’accès, musée mobile...), cinq objets correspondants, tous plus ingénieux et « interpellants » les uns que les autres, ont été imaginés par chaque équipe (voir diaporama). « J’ai été épatée par l’aboutissement des idées en si peu de temps, tant sur la forme que dans le contenu. Rien n’avait l’air "bricolé". D’autant que pour rester ouverts, nous n’avions formulé aucune "commande" », s’enthousiasme Delphine Issenmann. Qui précise que « le cadre de l’expérience a été volontairement circonscrit. Une fois que les collections universitaires ont été retenues par Museomix comme "terrain de jeu", on a choisi de limiter celui-ci aux sciences de la Terre (cette première édition alsacienne de Museomix est réalisée en partenariat avec l’Ecole et observatoire des sciences de la Terre-Eost). » Les trois collections (paléontlogie, minéralogie, sismologie) sont en effet à la croisée de chemins, alors que le futur pôle d’accueil du JDS ouvrira en même temps que le nouveau Planétarium. « A cette occasion, nous recherchons de nouvelles pistes de médiation. »

Pour clore en beauté cet intense week-end, les cinq prototypes ont été présentés au public, à partir de 16 h, le dimanche 7. Seul le prototype de l’équipe des Sis-mots reste encore accessible au public. Il est installé au Musée de sismologie, dans les jardins de l’université, visible aux horaires d’ouverture du musée (tous les mercredis de 14 h à 17 h), jusqu’à Noël. « Tous remplissent des objectifs différents et ne peuvent pas forcément être pérénisés en l’état. De toute façon, avoir des prototypes en état de marche n’était pas l’objectif initial, c’était un peu la cerise sur le gâteau. L’idée était avant tout de favoriser le travail collaboratif, et de ce point de vue l’objectif est rempli à 100 % ! »

Elsa Collobert

* Ce projet a bénéficié d’un financement IdEx, dans le cadre des Investissements d’avenir

Museomix, c’est quoi ?

Le premier Museomix s’est déroulé il y a dix ans, au Musée des arts décoratifs de Paris. L’enjeu : inviter le public à s’approprier un musée pour réinventer sa médiation, mieux connaître ses équipes et travailler en bonne intelligence avec les autres corps de métiers.

Depuis, le phénomène Museomix a pris de l’ampleur : il touche plus de 1 000 participants chaque année, dans plusieurs pays du monde.

Museomix est aujourd’hui une marque déposée afin de garantir son format et son esprit. Il s’agit aussi d’un réseau inclusif, qui se constitue par le biais de ses membres actifs, de pair à pair, de bouche à oreille.

En Alsace, la première édition était organisée sous la houlette de la toute jeune association locale éponyme, créée notamment par des membres actifs des Amis du Musée Michaelis, association étudiante, comme Anatole Boule (aujourd’hui alumni) ou encore Camille Duret, chargée du projet de refonte muséographie du Musée zoologique, au JDS.

Les réalisations des équipes Museomix en images

Des titres en rafale pour la j... Changer d'article  « La beauté cachée de la scien...