Université

« Une nouvelle organisation en miroir de nos missions et structures »

En poste depuis novembre 2020, la Directrice générale des services (DGS), Valérie Gibert, imprime déjà sa marque au fonctionnement de l’université : elle s’entoure de trois pôles repensés et deux nouvelles directions. « Continuité plutôt que rupture », ce changement vise à favoriser la transversalité.

Entretien avec Valérie Gibert

Pourquoi réorganiser la Direction générale des services (DGS) ?

A mon arrivée, il y a presque un an, tout un faisceau d’éléments concourait à imaginer une réorganisation. Les axes stratégiques de l’établissement avaient été fixés en 2019, à travers la grande consultation Cap 2030. Une équipe de gouvernance renouvelée, aux portefeuilles remaniés autour de la stratégie, des partenariats, de la qualité, du Développement durable et de la responsabilité sociétale (DDRS), du lien avec la société, de la politique hospitalo-universitaire, etc. et aux compétences réaffirmées (égalité, parité), avait été mise en place au printemps 2021. Nous lançons, par ailleurs, la démarche d’auto-évaluation (établissement-formation-recherche) pour le Hcéres (Haut conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur). Enfin, le projet de Schéma directeur ressources humaines est lancé, à travers des assises dédiées.

Rappelons aussi les changements déjà initiés au sein de la Direction générale des services (DGS), depuis la création d’un pôle Pilotage et amélioration continue (PAC), en 2019, dirigé par Geoffroy Steegmann – d’abord nommé sur un poste de DGS adjoint Missions transverses.

Cette réorganisation découle donc de tout ce contexte, manière de traduire ces évolutions, afin d’accompagner les défis à venir (lire notamment l’encadré).

Quelle forme prennent ces changements aujourd’hui ?

Effective au 1er septembre1, cette nouvelle organisation voit André Jamet et Christophe de Casteljau conserver la responsabilité des deux « roues » fonctionnelles de l’établissement ; le premier en charge des « Ressources », le second, de l’« Appui aux missions », renforcé des relations avec les composantes et des partenariats académiques internationaux (auparavant dévolues aux « Missions transverses »). Evelyne Klotz rejoindra l’équipe début octobre, sur une troisième mission de DGS adjointe (DGSA) comprenant la valorisation de la recherche, les relations avec le monde socio-économique et la société, et la dimension Développement durable et responsabilité sociétale (DDRS).

Ensuite, deux nouveaux services sont créés (voir aussi infographie) : le pôle PAC devient une direction à part entière ; la nouvelle mission Prospective et stratégie intègre notamment la Mission Investissements d’avenir (MIA), auparavant rattachée à la présidence et au cabinet.

Il ne s’agit pas de rupture, mais de continuité : cela permet d’inscrire dans l’organisation le travail initié par la vice-présidente Stratégies et développements, Christelle Roy, dans la précédente équipe (mission aujourd’hui poursuivie, d’une part, par Catherine Florentz, vice-présidente Prospective et actions stratégiques et, d’autre part, par Jean-Marc Planeix, vice-président Partenariats académiques et gouvernance).

Quels sont les buts poursuivis ?

Ce qui sous-tend ce projet, c’est l’amélioration de l’articulation entre la définition des orientations stratégiques et leur déclinaison opérationnelle. La nouvelle organisation de la DGS se veut être le lien entre les services de l’établissement et les missions de l’équipe politique. Chaque vice-président y a ainsi désormais un interlocuteur privilégié, même si bien sûr le mot d’ordre reste au travail transversal et collaboratif. Je pense que nous sommes parvenus à construire trois pôles équilibrés, cohérents, aux attributions bien définies et aux frontières perméables.

Etait-ce important d’impulser ce changement si vite après votre arrivée ?

J’ai d’abord pris le temps de l’observation, avant de déployer cette idée, en accord avec le président de l’université. Ce projet traduit bien ma vision d’une administration au service des missions principales de service public de l’établissement et de ses projets stratégiques. Il illustre aussi parfaitement mon rôle d’impulsion et de mise en musique de la partition de l’établissement, tout en tenant compte des contraintes évidentes de l’organisation : nous ne répondrons évidemment pas à tous les enjeux juste avec une réorganisation !

Comment cela va se traduire très concrètement ?

Pas par des recrutements mais plutôt par un remaniement des organigrammes. Les deux nouvelles directions vont emménager au deuxième étage du Nouveau Patio, ce qui me semble important en termes de cohésion, puisque l’on sort de dix-huit mois durant lesquels les liens professionnels se sont distendus, ces deux services ayant vocation à fonctionner en coopération et en miroir.

Une des conséquences est aussi la parité parfaite au sein de l’équipe de DGS…

Bien sûr, ce n’était pas un objectif lors du recrutement de la nouvelle DGSA, mais c’est une bonne chose au final de pouvoir présenter une équipe qui reflète la sociologie de l’établissement et réponde à l’enjeu de la parité !

Qu’attendez-vous maintenant ?

Il ne s’agit pour le moment que de la traduction d’une vision dans un organigramme. Maintenant, il faut lui donner corps. Cela passe par le fait de faire travailler tout ce monde ensemble, au quotidien avec l’ensemble des acteurs de l’université. L’enthousiasme est là, mot d’ordre de cette rentrée !

Propos recueillis par Elsa Collobert

1 Après validation par le Comité technique d’établissement (CTE)

2 Geoffroy Steegmann, qui a notamment beaucoup œuvré en tant que DGS Missions transverses au dossier de l’universitarisation des études de santé, rejoint la Faculté de médecine, maïeutique et sciences de la santé en tant que Responsable administratif de composante (RAC)

Vers une labellisation DDRS

L’objectif est clairement affiché dans la feuille de route du vice-président Laurent Schmitt (DDRS, fonction nouvellement créée) : faire labelliser « Développement durable et responsabilité sociétale » notre établissement. « Les conditions d’obtention sont exigeantes, et se sont encore durcies, souligne Valérie Gibert. Peu d’universités sont déjà labellisées. Ce sont plutôt des structures comme des écoles d’ingénieurs, de taille plus modeste, qui parviennent à décrocher le précieux sésame. » Un défi dans lequel la DGS est prête à contribuer, forte de son expérience pour l’obtention du label par son université précédente, à Rouen.

Que ce soit dans les laboratoires, les formations, les services (notamment grâce à la cellule développement durable de la Direction du patrimoine immobilier) ou à travers la politique de site, beaucoup a déjà été entrepris. « Il conviendra de commencer par un état des lieux de l’existant », une tâche à laquelle vont s’atteler Jérôme Fonteneau, et Pierre-Benoit Andreoletti (jusqu’à présent en charge de la question à l’École européenne de chimie, polymères et matériaux-ECPM), recrutés sur cette mission auprès du VP DDRS et rattachés administrativement au pôle d’Evelyne Klotz.

Infographie : la réorganisation de la DGS en un coup d'oeil

Survolez l'infographie ci-dessous pour plus de détails.

Direction du pilotage et de l’amélioration continue : Directeur général des services adjointAppui aux missionsFormation -vie étudiante -relations avec les composantes -documentation et internationalisationChristophe de CasteljauDirecteur général des services adjointGestion des ressourcesAndré JametDirectrice générale des services adjointeAppui aux missionsRecherche –innovation –partenariats –valorisation -développement durable etresponsabilité sociétaleEvelyne KlotzDirectrice générale des servicesValérie GibertDirection générale des servicesPrésident Michel DenekenAssistante de préventionMarie-Eve CarrèreAssistante de directionSylvie LLubesDirectrice générale des servicesDirecteur général des services adjointAppui aux missions Formation -vie étudiante -relations avec les composantes -documentation et internationalisationAssistante de directionMégane CesbronDirecteur général des services adjointRessourcesDirectrice générale des services adjointeAppui aux missions Recherche –innovation –partenariats –valorisation -développement durable et responsabilité sociétaleService de la communication : Armelle TanvezMission prospective et stratégie : Audrey KostJean-Emmanuel RudioService des archives : Lucile SchirrLégendeNouveautés (à survoler pour en savoir plus)

Journées de rentrée 2021 en im... Changer d'article  Dossier : Une rentrée en prése...