Focus

10 ans, 400 ans, 500 ans… Plusieurs anniversaires pour l’Université de Strasbourg

L’Université de Strasbourg fêtait en 2019 les 10 ans de sa refondation. Cet été marque les 400 ans de son inauguration officielle. Mais cette florissante histoire débute en fait dès le Moyen-Âge : un demi-millénaire qui sera, lui, célébré en… 2038 ! Explications chronologiques et historiques.

En 2009, l’université réunifiée

Successivement allemande puis française, relocalisée plusieurs fois, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Université de Strasbourg est riche d’une histoire mouvementée de cinq siècles. Elle a accueilli dans ses rangs autant d’élèves que de professeurs prestigieux, de Goethe à Louis Pasteur. Sans compter les prix Nobel – dix-huit, dont cinq encore en activité.

En 1971, au lendemain de mai 68, l’institution se scinde en trois : Strasbourg I (future Louis-Pasteur) regroupe les sciences fondamentales, Strasbourg II (future Marc-Bloch) les sciences humaines et sociales, Strasbourg III (future Robert-Schuman) les domaines juridique et politique.

Première en France à fusionner sous l’effet de la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), l’Université de Strasbourg unique « renaît de ses cendres » en 2009. Ces dix ans de fusion réussie, véritable « refondation », ont été célébrés à travers toute une série d’événements, en 2019. En 2021, l’Université de Strasbourg compte 56 875 inscrits et 5 200 personnels, dont près de 3 000 enseignants et enseignants-chercheurs.

Il y a 400 ans, l’acte fondateur

1621 : cette année marque le véritable acte de naissance de l’Université de Strasbourg. Le 21 février, Ferdinand II, empereur du Saint Empire romain germanique, octroie à la Ville le droit d’ouvrir sa propre université – en remerciement de la neutralité de la ville dans la Guerre de Trente ans, dont les hostilités ont débuté en 1618. Celle-ci est officiellement inaugurée, le 14 août 1621. Un acte fondateur qui a donc eu lieu il y a tout pile 400 ans.

Les deux vignettes ci-contre sont les seules images officielles des débuts de l'université. La première la désigne sous le nom de « collegium » ; la seconde, qui représente l'étage du chœur des Dominicains, associe les allégories du discours et de l'expérience. Gravures de Jacob van der Heyden (1619 et 1631).

En 1538, les bases d’une future grande université européenne

Même si Strasbourg doit attendre le 17e siècle pour devenir ville universitaire, à la différence de ses voisines Fribourg-en-Brisgau, Bâle, Trèves et Mayence, qui le sont depuis le 15e siècle, « la ville était alors loin d’être un désert intellectuel », signale l’historien Georges Bischoff1 dans un article des Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA). C’est dans un contexte de bouillonnement culturel et intellectuel paneuropéen, où gradués se forment en Italie ou en France, que Jean Sturm fonde son gymnase, en 1538. « L’établissement est conçu sous l’influence de la pensée humaniste et s’impose comme modèle du genre en Europe », précise l’historienne Marion Bernard-Schweitzer2. Moins de dix ans après sa fondation, le gymnase compte déjà 642 élèves, preuve de son succès. Devenu académie en 1566, le gymnase peut enfin délivrer des diplômes ; une étape de plus est franchie vers l’accession au statut d’université.

Les 500 ans de cette fondation seront célébrés en 2038.

E. C.

1 Georges Bischoff est historien médiéviste, professeur émérite à l'Université de Strasbourg depuis 2015.

2 Marion Bernard-Schweitzer est docteure en histoire médiévale et conservatrice des bibliothèques. Elle travaille au sein du Service des bibliothèques de l’Université de Strasbourg.

Pour aller plus loin

  • Les Saisons d’Alsace n° 89, « L’Université de Strasbourg, cinq siècles d’excellence »

Paru le 28 août, le magazine de 112 pages donne la parole aux meilleurs spécialistes de l’histoire du « temple du savoir strasbourgeois », à l’occasion de son 400e anniversaire. On y retrouve notamment les interventions et analyses de Georges Bischoff. En vente chez les marchands de journaux, en librairies, en grandes surfaces, dans les agences des DNA et de L’Alsace et en ligne (9,90 €).

 

  • L’Université de Strasbourg, cinq siècles d’histoire, de Georges Bischoff et Richard Kleinschmager

Dans ce livre de prestige richement documenté et illustré, sorti en 2010 à La Nuée Bleue, les auteurs restituent les grandes heures de l'Université de Strasbourg. À travers les événements fondateurs, l'action des grandes figures, les périodes de gloire comme les années noires, l'ouvrage retrace la vie d'une institution au cœur de la ville, de l'époque de Gutenberg à l'ère numérique, des premiers professeurs au Moyen-Âge à la Fondation et aux enjeux de l'université unique.

En images : une bouillonnante ... Changer d'article  Epidi, pour l'amélioration des...