Université

Retour sur l' « opération stages » à l'Unistra

En février dernier, lorsque qu’il est apparu que de nombreux étudiants éprouvaient des difficultés à trouver un stage, l’université s’est mobilisée pour étoffer son offre. Grâce à des fonds issus de la Contribution vie étudiante et de campus (CVEC), le nombre de stages a été doublé, soit 333 mois proposés. Certains services, comme la Direction des affaires logistiques intérieures (Dali), ont accueilli un stagiaire pour la première fois. Lucie Ulrich et ses tutrices, Antonella de Lullo et Lilly Dubois-Daull, nous racontent cette expérience.

Lucie Ulrich est étudiante en DUT Information-Communication à l’IUT Robert-Schuman. Elle est en stage à la Dali depuis le 12 avril, et continuera jusqu’au 31 juillet. « C’est une chance pour moi de pouvoir faire trois mois de stage. Cela me laisse plus de temps pour m’imprégner de l’environnement de travail, mais également pour développer différents projets. » Lucie travaille sur la communication interne du service, « une mission essentielle », précise Lilly Dubois-Daull : « C’est la première fois que nous prenons une stagiaire avec nous dans le service, et nous ne le regrettons pas du tout ! Lucie a vraiment permis de simplifier beaucoup de choses. Les missions que nous lui avons confiées concernent des tâches que nous n’avons pas le temps de faire normalement, car nous n’avons pas les moyens humains pour cela, mais il existe un véritable besoin. » Le fait que personne ne soit spécialisé en communication interne dans le service a poussé Antonella de Lullo et Lilly Dubois-Daull à remplir le rôle de tutrice à deux. « Finalement, il s’est avéré que c’était plus simple d’être deux pour superviser le travail de Lucie, comme ça l’une peut répondre si l’autre n’est pas disponible et inversement. Cela nous permet d’aller plus vite. »

« C’est en faisant qu’on apprend »

Lucie s’occupe principalement de la communication interne, elle est notamment en charge de la création d’un trombinoscope regroupant tous les agents du service. « Cette mission m’a permis d’aller à la rencontre des différents services du département et de découvrir tous les métiers présents au sein de la Dali. » Lucie a également mis à jour le formulaire de réservation des locaux et travaille maintenant sur une brochure répertoriant les locaux gérés par la Dali et pouvant être mis à disposition pour des événements, en interne ou en externe. « Mon DUT m’avait déjà permis de développer plusieurs compétences qui m’ont beaucoup servi pendant mon stage, comme la maîtrise de logiciels de design et des connaissances en communication. Mais cette expérience m’a beaucoup apporté sur le plan humain, j’ai beaucoup appris sur le monde du travail. Je pense que l’expérience d’un stage valide vraiment l’adage, "c’est en faisant qu’on apprend". »

Pour Antonella de Lullo, « c’est d’autant plus intéressant qu’une étudiante strasbourgeoise fasse son stage au sein de l’université qu’une grande partie des étudiants ne sont pas familiers avec notre service et ses missions ». Les deux tutrices concluent en souriant : « C'est vraiment une expérience enrichissante, autant pour Lucie que pour nous. Son stage a été possible grâce au financement de la CVEC et nous espérons pouvoir reprendre des stagiaires à l’avenir, même si Lucie a placé la barre très haut. »

Zoé Fournier

N.B. : Vous avez peut-être eu l'occasion de croiser sa signature dans l'un ou l'autre des médias Unistra : cet article a été réalisé par Zoé Fournier, elle-même stagiaire pendant sept semaines au sein du pôle Médias du Service de la communication. Tout comme la Dali, le pôle a également profité de l'opération pour proposer un stage pour la première fois !

 

96 nouvelles offres, 72 nouvelles conventions

Amenés à se mobiliser à la fin de l’hiver pour les étudiants en « galère » de stage pour la fin de l’année universitaire, les composantes et services de l’Université de Strasbourg ont répondu présent : « L’offre de stages de l’université a été doublée : nous en avons proposé 96 nouveaux, soit 333 mois, liste Christophe de Casteljau, Directeur général adjoint (DGA) Appui aux missions, qui a piloté l’opération. 72 conventions de stages supplémentaires par rapport à l’année dernière ont été signées, soit 218 mois. »

Suite à cet appel, 17 structures se sont mobilisées en quinze jours, pour proposer des stages financés en partie grâce à la mobilisation des ressources issues de la Contribution vie étudiante et de campus (CVEC), payée par les étudiants lors de leur inscription.

Plus largement, c’est aussi au tissu local d’entreprises (à travers l’opération « 1entreprise1jeune1diplôme » menée avec le Medef Alsace) et au réseau Alumni qu’il a été fait appel.

« Globalement, il n’y a pratiquement plus de tension sur les stages, même dans certaines filières très concernées, comme les arts ou la sociologie, témoignait mi-juin Bernard Lickel, directeur d’Espace avenir, le service dédié à l’orientation, aux stages et à l’emploi de l’Université de Strasbourg. La grande majorité des étudiants a été placée ou a bénéficié d’un dispositif de substitution. » Au cas par cas, des prolongations de stages ont pu être accordées.


 

« Un Plan d’action égalité (PA... Changer d'article  Suite à des dégradations, le c...