Université

Aéronautique : un partenariat de haut-vol signé le 5 juillet

Son objectif ? Concevoir de nouveaux matériaux pour les avions de demain, dans les domaines de l'acoustique, de l'électromagnétisme et de l'antigivre. Le Laboratoire commun de recherche (LCR) Matériaux fonctionnels innovants pour l'aéronautique (Molière) a été officiellement lancé lundi 5 juillet, à Saint-Cloud, siège du groupe Dassault Aviation. Il associe quatre partenaires de haut-vol : le CNRS, Dassault Aviation, l'Université de Strasbourg et l'Université de Lorraine, représentés respectivement lors de l'événement par Antoine Petit (président directeur-général-PDG), Bruno Stoufflet (directeur de l'innovation, représentant Eric Trappier, PDG), Michel Deneken (président) et Frédéric Villieras (vice-président du conseil scientifique, représentant Pierre Mutzenhardt, président). Soutenu par l'Agence de l'innovation de défense, le LCR Molière est établi pour quatre années reconductibles.

Le Laboratoire commun de recherche Molière s'appuiera sur les moyens de simulation, de fabrication et de caractérisation multi-échelles de deux laboratoires de recherche : l'Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (IPCMS, CNRS/Université de Strasbourg) et l'Institut Jean-Lamour (IJL, CNRS/Université de Lorraine). L'IPCMS dispose de compétences reconnues dans le domaine des nanomatériaux et des nanosciences avec des activités de tout premier plan en électromagnétisme. Le second est reconnu pour ses compétences et son rayonnement dans le domaine des nanomatériaux et métamatériaux, notamment pour l'acoustique.

À l'occasion du lancement officiel du LCR Molière, le 5 juillet, Michel Deneken, président de l'Université de Strasbourg, a souligné la plus-value de cette collaboration entre le monde de la recherche publique et le monde l'entreprise : « Je suis fier de voir aboutir ce partenariat de longue date, au travers de la création d'un Laboratoire commun de recherche. Le LCR Molière a pour ambition de répondre aux enjeux économiques et environnementaux auxquels est confronté le monde de l'aéronautique. La complémentarité des expertises des laboratoires publics de recherche du Grand Est permettra, j'en suis convaincu, de répondre à la nécessité stratégique pour Dassault Aviation de développer de nouveaux matériaux à forte valeur ajoutée. ».

Meilleur niveau mondial 

Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a quant à lui déclaré : « Pour l'industrie aéronautique, la maîtrise de matériaux innovants constitue un différenciateur important sur de nombreux produits civils et militaires. Qu'il s'agisse de l'acoustique interne de nos Falcon (matériaux absorbants), de la furtivité de nos avions de combat (matériaux pour la discrétion électromagnétique) ou de la sécurité de tous nos appareils (matériaux anti-givre), il est vital que nous maintenions notre avance. C'est pourquoi je me félicite aujourd'hui de ce partenariat avec le CNRS et les universités de Strasbourg et de Lorraine, dont les scientifiques, les méthodes et les outils sont au meilleur niveau mondial ».

Antoine Petit, PDG du CNRS, a souligné : « Nos deux laboratoires de recherche impliqués dans ce partenariat avec Dassault Aviation ont un savoir-faire reconnu au meilleur niveau international dans le domaine des matériaux. Je me réjouis que plus de 25 ans de collaboration scientifique avec Dassault Aviation se concrétisent à nouveau aujourd'hui, cette fois avec la création de ce Laboratoire commun de recherche. Cette signature s'inscrit dans la dynamique en place au CNRS de renforcement des relations établies avec les entreprises qui se caractérisent notamment par plus de 170 laboratoires communs en activité, à l'image de ce laboratoire qui est mis en place aujourd'hui ».

Pierre Mutzenhardt, président de l'Université de Lorraine, s'est réjouit « de la concrétisation de ce partenariat qui met en valeur l'importance de la complémentarité des experts issus de la recherche académique et des entreprises pour répondre aux enjeux technologiques, économiques et sociétaux actuels. Avec ses objectifs ambitieux d'innovation aux frontières de nos connaissances dans le domaine des matériaux, le Laboratoire Molière met aussi en lumière le haut niveau d'expertise de l'Institut Jean-Lamour, une de nos unités de recherche commune avec le CNRS, et de nos chercheurs dans les universités du Grand Est. »

 

Qu'est-ce qu'un LCR ?

Un Laboratoire commun de recherche (LCR) est un dispositif permettant d'établir un partenariat de recherche dans la durée entre le CNRS, ses partenaires académiques et une entreprise, sur une thématique donnée s'appuyant sur une feuille de route définie en commun. L'objectif du Laboratoire Molière est de créer, pour l'aéronautique, des matériaux à forte valeur ajoutée, en rupture avec les matériaux actuels (nouvelles propriétés et fonctionnalités ou amélioration de propriétés existantes, économie de matière, par exemple), grâce à une approche multi-échelle associant des aspects théoriques, numériques et expérimentaux. La durabilité des matériaux antigivre sera également au cœur des activités de recherche du laboratoire, ces derniers représentant un enjeu important pour les futurs avions civils en termes de réduction de l'énergie nécessaire au dégivrage en vol.


 

Suite à des dégradations, le c... Changer d'article  Télécom physique Strasbourg (T...