Université

« Réussir à scénariser différemment les cours, sans en réduire la qualité »

Pour renforcer les équipes du pôle Appui par le numérique (Institut de développement et d'innovation pédagogiques-Idip), ils sont aujourd’hui six dans l’équipe techno-pédagogique de proximité du projet Déphy qui a pour objectif de soutenir les enseignements et l’apprentissage en contexte de crise sanitaire. Le tour de leurs missions avec Nolwen Mahé, responsable du domaine Droit, économie, gestion.

Quelles sont vos principales missions ?

Nous accompagnons les enseignants-chercheurs dans la création de ressources pédagogiques numériques comme des capsules vidéo, des podcasts, des présentations interactives. Nous sommes également chargés d’accompagner les enseignants à l’utilisation des outils numériques déjà existants comme Moodle, RocketChat, Big Blue Button ou encore Pod. L’objectif est de réussir à scénariser différemment les cours, sans en réduire la qualité.

Comment êtes-vous organisés ?

Notre action repose sur la proximité. Je suis chargé du domaine Droit, économie, gestion, mon bureau se trouve au Pôle européen de gestion et d’économie (Pege). Trois autres collègues sont chargées des domaines Sciences et technologies, Arts, lettres, langues et Sciences humaines et sociales, elles sont également détachées des locaux de l’Idip, qui porte le projet. Les deux derniers membres de l'équipe, chargés de l’accompagnement pédagogique et audiovisuel et de réalisations audiovisuelles, nous accompagnent de manière transversale dans la création des ressources. Avec l’appui d’un enseignant-chercheur référent par domaine, différentes réunions ont été organisées pour faire connaître notre existence et l’accompagnement que nous proposons.

Quel est le retour des enseignants ?

Il y a ceux qui sont déjà au fait des nombreuses possibilités existantes, certainement plus friands que d’autres des nouvelles technologies. D’autres sont un peu plus distants par résistance au numérique en pédagogie mais aussi par manque de temps. Cela est aussi certainement lié à la fatigue face à une situation qui dure. Pour essayer de toucher plus d’enseignants, j’ai mis en place depuis janvier un mail hebdomadaire, à destination de l’ensemble des enseignants de la faculté, appelé « L’astuce de la semaine. » On peut y trouver une aide, un conseil, un outil spécifique et des exemples d’initiatives de la part d’autres enseignants. Avec ce système, les retours sont plus nombreux. Beaucoup de questions portent en ce moment sur la manière de gérer les examens à distance, comment bien utiliser Moodle ou dynamiser son cours à distance.

Comment s’installe ce projet dans le temps ?

Nous ne sommes malheureusement pas encore dans l’après mais bien dans une phase transitoire d’adaptation à cette pédagogie hybride. Certains enseignants ont déjà le souhait de pérenniser les ressources qu’ils ont créées. Pour d’autres, la période qui suit les examens avant l’été sera l’occasion de se pencher sur les possibilités de l’hybridation. Au travers du projet Déphy, les enseignants continuent à tester différents outils pour trouver les solutions les plus adaptées à leur enseignement. La création de capsules vidéo par certains permet aux étudiants de revenir plus lentement et en détail sur un point particulier du cours. Pour d’autres, le tchat est un bon moyen pour avoir un retour direct des étudiants et faire évoluer la scénarisation de leurs cours. A terme, l’objectif est de capitaliser sur les expériences passées, pour arriver à une bonne pratique de l’hybridation et ainsi valoriser les ressources créées.

Propos recueillis par Frédéric Zinck

En savoir plus :

Un million d'euros pour l'hybridation des formations

Les huit axes d'actions du projet Développer des pédagogies hybrides et durables (Déphy).

Elaboré à partir du bilan de l’expérience du printemps 2020 et sur les résultats des différentes enquêtes, le projet Déphy (pour Développer des pédagogies hybrides et durables) de l'Unistra a fait partie l'été dernier des quinze lauréats de l'appel à projet Hybridation des formations d’enseignement supérieur lancé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Déphy a pour objectif de répondre à plusieurs problématiques relatives à l'enseignement et l'apprentissage, notamment la fracture numérique et cognitive, le décrochage des étudiants trop éloignés des études, la difficulté à mettre en œuvre les apprentissages par l’expérience, les freins à la professionnalisation et à l’insertion professionnelle ou encore le besoin d’équipement et de soutien pour réaliser des modules pédagogiques scénarisés dans tous les contextes de formation (voir les huit axes d'action dans l'illustration jointe).

Le projet bénéficie d’un soutien d’un million d’euros de l’Agence nationale de la recherche (ANR) au titre du programme Investissements d’avenir, obtenu dans le cadre de l’appel à projet Hybridation (septembre 2020 à mars 2022). L’Institut de développement et d’innovation pédagogiques (Idip) assure le pilotage et la coordination des actions, en collaboration très étroite avec la Direction du numérique et les composantes.

Nouvelles restrictions : quell... Changer d'article  Un inventaire pour éviter le «...