Université

Labellisation d'un data-centre universitaire Grand Est

En décembre, le data-centre de l’Université de Strasbourg, opérationnel depuis 2019, a été labellisé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), aux côtés d’universités partenaires du Grand Est. Une reconnaissance nationale qui s’inscrit dans un projet de mise en réseau des grandes régions pour le stockage des données, et de modernisation globale.

« "Le Comité de labellisation des data-centres en région […] a décidé de labelliser le data-centre de Strasbourg et le Data-centre mutualisé lorrain (DCML), le site de Reims étant associé au projet pour l'hébergement du mésocentre Romeo’’ : voici comment était formulée l’annonce du ministère dans son courrier, reçu en décembre dernier, validant notre démarche commune avec nos partenaires de l’Université de Lorraine (UL) et de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Urca) », se félicite François Gauer, chargé de mission Transformation numérique et innovations pédagogiques.

Ce projet commun de mutualisation, intitulé Adage (Alliance pour un data-centre Grand Est), est le fruit d’une démarche entamée en 2017. « Le ministère avait alors exprimé son souhait de moderniser les infrastructures et services numériques de l’enseignement supérieur et de la recherche. » L’idée structurant le projet : labéliser un data-centre unique, infrastructure d’hébergement informatique, dans chacune des douze grandes régions récemment créées, ce qui semblait particulièrement compliqué dans une région aussi grande que le Grand Est.

Souveraineté, sécurisation et efficacité énergétique

« Souveraineté, sécurisation des données et efficacité énergétique de l’hébergement des infrastructures informatiques sont trois enjeux au cœur de la labellisation », souligne Romaric David, chargé du développement du data-centre Unistra, pour justifier le projet. De fait, à l’échelle de l’Etat, le Mesri, avec les enjeux de la recherche, est l’un des plus gros producteurs de données. Autre élément essentiel de l’appel à la labellisation : seules les structures ainsi reconnues pourront prétendre à des financements publics dans le cadre des prochains Contrats de plan Etat-Région (CPER).

« Nous n’avons postulé qu’en 2018, reprend François Gauer, car il nous a d’abord fallu mûrir notre projet de mutualisation – du stockage, de l’archivage et des moyens de calcul. Nous avons construit notre projet avec tous nos partenaires de la région (l’Université technologique de Troyes, l’Université de Haute-Alsace-UHA, l'UL et l'Urca) avec comme idée force qu’un data-centre unique n’est pas qu’un simple projet ‘’béton’’ de bâtiment unique, mais avant tout une façon mutualisée de porter les infrastructures, les services, de partager les compétences, pour une meilleure qualité de service, et dans une souci d’optimisation énergétique et financière des infrastructures. »

Raison pour laquelle le projet homologué aujourd’hui prend la forme d’un data-centre commun, disséminé sur plusieurs sites interconnectés : à Strasbourg, un data-centre reconnu pour ses performances énergétiques*, déjà opérationnel ; à Nancy, un data-centre en cours de construction dans les anciens locaux du CNRS, dans le cadre de l’Opération campus ; et un centre de calcul associé, à Reims.

Le data-centre de l’Unistra héberge d’ailleurs le centre de Calcul à haute performance mutualisé de l’université. Pensé dès sa conception comme un data-centre régional, il héberge en priorité des unités de recherche Unistra mais aussi, sous forme de prestation payante, opère des services pour ses partenaires de la Région Grand Est et du Crous de Strasbourg, depuis l’été 2020.

« Le choix que nous avons fait avec nos partenaires de l’UL et de l’Urca est certes plus contraignant en termes de gouvernance, mais il consacre une connaissance et une confiance réciproques, acquises au fil de projets menés en communs depuis plusieurs années, tel Eole, que nous avons clôturé cette semaine. » A la clé, des gains tels que l’hébergement communs d’énormes progiciels, comme PCScol pour la scolarité des établissements français.

E. C.

* Reconnues et récompensées en 2019 par un label de la Commission européenne

 

Quelques données sur le data-centre

450 m2 de surface utile

120 baies informatiques

1,2 méga-watt de puissance

Type tier 3 = capacités de résilience élevées

« La dématérialisation des mar... Changer d'article  Eole : fin de projet et suite ...