Université

L’édition universitaire face à la crise

Des ouvrages parus aux PUS en 2016.
Des ouvrages parus aux PUS en 2016.

Forcément impacté par la crise du coronavirus et le confinement, comme bien des secteurs d’activité, celui de l’édition universitaire ne s’en sort toutefois pas si mal, notamment grâce aux règles particulières qui le régissent.

Trois ouvrages étaient sur le point de paraître aux Presses universitaires de Strasbourg (PUS), juste avant le confinement. L’un d’entre eux, Allégories de l’estomac au 19e siècle, a pu sortir in extremis et régaler les quelques lecteurs qui l’auront acquis avant l’arrêt complet des activités.

« La majorité de notre travail, relecture de manuscrits et mise en page, a pu basculer en télétravail », raconte Katherine Sowley, directrice adjointe de la maison d’édition universitaire. Son équipe de six personnes, dont une seule pratiquait auparavant le télétravail, a basculé à 100 % vers ce mode d’activité à distance. « Une fois la plus grosse difficulté réglée, la préparation d’équipements informatiques pour toute l’équipe et le déménagement du poste de notre graphiste doté des logiciels ad hoc, nous avons pu fonctionner à peu près normalement. »

Pour le reste… Le livre faisant partie de toute une chaîne d’activités, de sa production à sa diffusion, c’est tout un pan du secteur qui s’est retrouvé totalement à l’arrêt. A partir de la mi-mars, les rotatives ne tournent plus, les commerciaux des diffuseurs ne démarchent plus leur réseau de librairies et de bibliothèques universitaires. « Rien ne s’est passé en avril, ni parution ni diffusion », poursuit Katherine Sowley.

La reprise s’est faite tout doucement, à la fin du mois. Accompagnée de consignes sanitaires strictes : ainsi, les colis doivent être entreposés trois jours avant de pouvoir être ouverts et les livres déballés. « Dès la reprise, l’imprimerie de la Direction des affaires logistiques intérieures (Dali), avec qui on travaille majoritairement, a été très réactive. » Et, bonne surprise, « les ventes ont bien repris dès le mois de mai. C’est encourageant ! » De retour au bureau, l’équipe des PUS s’attelle à reprendre le travail où il s’était arrêté : un livre a été mise en vente dès le mois de juin et six sont encore à paraître d’ici la fin de l’année.

Les PUS travaillent principalement avec la Dali pour l'impression de leurs ouvrages.
Les PUS travaillent principalement avec la Dali
pour l'impression de leurs ouvrages.

Promotion chamboulée

« Les événements autour de la promotion de mon livre ont été chamboulés », souligne René Heyer, dont l’ouvrage, Pourquoi la déontologie, imprimé in extremis mi-mars, n’a pu être diffusé qu’en juin. Même expérience pour Vivien Philizot : « On a eu le temps de faire le lancement de notre ouvrage collectif, Technique et design graphique, à la Haute école des arts du Rhin (Hear) mi-mars, puis on a dû annuler l’événement prévu à Paris. » Un bouleversement de calendrier certes frustrant pour les auteurs. Mais, contrairement à ceux qui en ont fait leur activité principale, leur survie ne dépend pas de la vente de leur livre : « Je suis avant tout enseignant-chercheur [à la Faculté des arts, N.D.L.R.], poursuit Vivien Philizot. Ce travail, qui fait partie de ma recherche, est un texte parmi d’autres. »

C’est en effet le propre de l’édition universitaire : « Nous poursuivons une mission de service public, celle de publier des travaux de recherche », rappelle Katherine Sowley. Pour cette raison, le secteur fonctionne notamment au moyen de subventions. « Dans l’immédiat, la menace financière semble moins présente pour nous », reconnaît la directrice adjointe des PUS. « Et nous ne touchons pas de droits d’auteur », ajoute Jean-Yves Marc, dont l’ouvrage Architecture et archéologie. Le rêve et la norme (dirigé avec Philippe Fraisse) fera l’objet d’une promotion en septembre plutôt qu’en juin... Ce qui n’est pas forcément pour lui déplaire : « A la rentrée, les gens sont probablement plus attentifs ». Reste que pour la maison d’édition de son ouvrage, Errance (branche d’Actes Sud), qui a bénéficié d’une subvention du conseil de publication de l’Université de Strasbourg – tout comme la maison parisienne B42, qui a publié celui de Vivien Philizot* – court davantage le risque d’une situation économique périlleuse.

Déjà handicapé par un volume moindre de parution de nouveautés pour 2020, reportées à 2021, le secteur de l’édition universitaire devra aussi composer avec une difficulté supplémentaire : « Notre diffuseur a revu à la baisse le nombre d’actes de mise en vente, passés de deux-trois dates par mois à une seule, souligne Katherine Sowley. A nous de nous adapter… » Le projet des PUS de « lancer une nouvelle collection » se trouve aussi fortement retardé par ces imprévus.

Face à cet avenir incertain, le salut résiderait-il dans le numérique ? Offert aux lecteurs affiliés à l’université, l’accès intégral à la version numérique des ouvrages des PUS a connu une augmentation significative, avec 15 857 visites en avril et 16 612 en mai, contre 13 222 en mars. Une inconnue : « Va-t-il y avoir un afflux de manuscrits de chercheurs ayant mis à profit le confinement pour avancer dans l’écriture de leurs projets de recherche ? » Réponse à la rentrée…

E. C.

* En coédition avec la Hear

La lettre d’orientation budgét... Changer d'article  Le bâtiment génie civil de l’I...