Communauté

Hommage à Marylène

Marylène Oberlé est décédée le 18 décembre 2018 des suites d’une longue maladie. Elle venait d’avoir 53 ans. Elle a été une figure charismatique et un pilier de l’Université Louis-Pasteur, puis de l’Université de Strasbourg, pendant 21 ans (voir le détail de son parcours en encadré). Trois de ses proches collègues lui rendent hommage à travers des témoignages personnels.

Frédéric Dehan, Directeur général des services
« J’ai connu Marylène en 2009, quand j’ai pris mes fonctions de directeur général adjoint Ressources. La Direction des ressources humaines (DRH) faisant partie des services que j’étais chargé de coordonner, nous avons mené beaucoup de grands et petits chantiers ensemble.
Ce qui m’a toujours frappé chez Marylène, c’est la finesse de la connaissance qu’elle avait de l’ensemble des acteurs universitaires : administratifs, élus, organisations syndicales. Elle excellait dans le dialogue social. Perfectionniste, méticuleuse dans son travail – elle se promenait souvent avec de grands sacs de dossiers, tous à jour et bien classés –, elle savait pourtant faire preuve de souplesse pour trouver des solutions aux problèmes qu’on lui posait, qualité rare.
À l’Université de Strasbourg, elle a dirigé pendant cinq ans un très grand service de près de 80 personnes. J’ai toujours trouvé que ses équipes lui étaient très attachées, voire dévouées. Elle était une directrice charismatique.
Marylène a été un acteur actif de la fusion, chantier dans lequel elle s’est beaucoup investie et qui avait d’ailleurs beaucoup d’implications en termes de ressources humaines.
Après une première longue absence du fait de sa maladie, elle a rejoint tout naturellement la Direction générale des services sur un poste de Directrice générale adjointe (DGA) sur missions transverses, puis, après le départ de Nathalie Vincent, je l’ai nommée DGA Appui aux missions, car elle était la candidate la plus à même d’assurer la succession. Avant qu’une rechute ne l’oblige à s’arrêter de nouveau, nous formions vraiment une bonne équipe avec elle et André. Sa disparition laisse un grand vide. »

André Jamet, Directeur général adjoint aux ressources

« Marylène et moi avons été collègues de travail durant vingt ans, avec des périodes de plus ou moins grande proximité professionnelle, selon les postes occupés par l’un ou l’autre.
Marylène était une forte personnalité, reconnue et appréciée pour ses compétences, sa force de travail et son expérience. J’ai toujours été frappé aussi par sa facilité de contact avec les gens.
En 2014, je suis revenu travailler à l’université, que j’avais quittée pour d’autres expériences au rectorat puis à l’Institut national des sciences appliquées de Strasbourg (Insa), sur le poste de directeur-adjoint de la DRH. Une de mes motivations en postulant sur ce poste était de travailler avec Marylène et de bénéficier de son expertise RH. Malheureusement, elle est tombée malade quelques jours après mon arrivée.
Dans les derniers mois, nous étions tous deux DGA, dans des bureaux côte à côte. Notre collaboration fonctionnait bien, elle était fluide. Nous étions complémentaires et avions une forte culture du service public en commun. J’ai apprécié travailler avec elle. »

Brigitte Grosse, Directrice des ressources humaines

« Ce qui m’a toujours marqué, chez Marylène, c’est avant tout son grand professionnalisme et ensuite ses qualités d’écoute. J’ai travaillé longtemps avec elle, d’abord dans une logique interuniversitaire, avant la fusion, quand j’étais responsable du Service des ressources humaines de l’Université Robert-Schuman, puis comme responsable de département à la DRH de l’Université de Strasbourg, qu’elle dirigeait. Marylène était toujours prête à nous conseiller et à nous accompagner dans l’exercice de nos missions au quotidien et dans nos évolutions de carrière. Ses équipes l’appréciaient énormément, elle était très pédagogue, d’une extrême patience, prête à apporter les explications nécessaires jusqu’à la bonne compréhension de son interlocuteur. En toutes circonstances, elle savait garder son calme, alors qu’elle avait tout de même un poste lourd et stressant.
La fusion a été le grand chantier de sa vie professionnelle. Elle s’y est beaucoup impliquée et elle a su fédérer les équipes RH des trois universités, pour construire la Direction des ressources humaines de l’Unistra. Sa disparition a été un choc pour toute la direction, et plus particulièrement pour ses anciens collègues. »

Son parcours

Marylène a commencé sa vie professionnelle en 1983, dans le secteur privé, où elle a été attachée de direction puis directrice administrative et financière.
En 1997, elle entre à l’Université Louis-Pasteur (ULP), sur un poste de chargée de mission auprès du secrétaire général. En janvier 2000, elle devient DRH de l’ULP, puis secrétaire générale adjointe en charge des RH. En 2009, elle devient DRH de l’Université de Strasbourg.
En juin 2015, elle est nommée directrice générale adjointe (DGA) sur missions transverses, puis en octobre 2017, elle devient DGA Appui aux missions.
Marylène était mariée et avait une fille.

Il creuse en vidéo les mystère... Changer d'article  L’IA au cœur des Rencontres éc...