Focus

Sécurité renforcée sur les campus

Drapeaux en berne sur les façades du Nouveau Patio, du Palais universitaire et de la Faculté de droit.
Drapeaux en berne sur les façades du Nouveau Patio, du Palais universitaire et de la Faculté de droit.

Suite aux dramatiques événements survenus mardi 11 décembre dans l’hyper-centre, l’Université de Strasbourg renforce ses mesures de sécurité et rappelle aux personnels quelques consignes à respecter. Le président a également adressé un message de soutien aux victimes, à leurs proches et à la communauté universitaire.

Le plan Vigipirate a été relevé mercredi au niveau « Urgence attentat » sur tout le territoire, à la suite de la fusillade intervenue mardi soir à proximité du marché de Noël de Strasbourg. L’université met par conséquent en place des mesures de sécurité exceptionnelles : des agents de sécurité sont chargés d'assurer une surveillance des bâtiments et espaces extérieurs, statique ou mobile, et peuvent contrôler aléatoirement les sacs.
Les agents et étudiants sont invités à se munir de leur pass campus durant leurs déplacements, afin de pouvoir accéder à certains bâtiments. Les faits inhabituels sont à signaler.

« La vie doit continuer »

Dans un courriel envoyé mercredi, Michel Deneken a assuré de son soutien « l’ensemble des personnes et familles concernées très directement par la fusillade intervenue sur le marché de Noël. Je veux remercier l’ensemble de la communauté universitaire, étudiants et personnels, pour leur compréhension et esprit de responsabilité. Je vous assure de l’engagement total de l’équipe de présidence et de direction de l’université dans ces moments douloureux pour notre territoire et notre communauté universitaire. […] La vie doit continuer. »

L’université avait donc choisi d’ouvrir l’université au lendemain des événements, liberté étant laissé aux composantes de maintenir ou non leurs examens. De nombreux événements, tels les Journées des universités des 13 et 14 décembre, ou des conférences, ont en revanche été annulés.

La Direction générale des services (DGS) s’est enfin fait le relais de la Cellule d’urgence médico-psychologique mise en place. Toutes les personnes choquées et traumatisées par les événements peuvent s'y rendre à trois adresses : Cité de la musique (1 place Dauphine) ; salle des fêtes de l’Hôpital civil ; salle rose à l’hôpital de Hautepierre.

E. C.

La solidarité en action(s) Changer d'article  À la découverte des Moomins, t...