Focus

La physique, c’est fantastique !

Eric Conte et Thierry Pradier
Eric Conte et Thierry Pradier

Vous avez toujours rêvé d’élucider la magie qui transforme l’eau liquide en gaz ? De comprendre le film Interstellar ? Ou de savoir si l'on peut refroidir sa cuisine avec son réfrigérateur ouvert ? Alors les cours « Physique pour tous » sont faits pour vous.

« C’est très bien de s’intéresser aux trous noirs ou à la théorie de la relativité. Mais, plus proche de nous, le quotidien est rempli de phénomènes physiques ! » À leur base, des notions pas toujours maîtrisées par le plus grand nombre. Thierry Pradier, enseignant-chercheur lui-même spécialiste des neutrinos et des ondes gravitationnelles, a eu l’occasion de s’en rendre compte lors de conférences données au Jardin des sciences.

Fort de ce constat, il décide, avec cinq de ses collègues1, de proposer des cours du soir interactifs, ludiques et ouverts à tous. Rendez-vous est donné, depuis la rentrée, « avec pour seul bagage un niveau en physique et mathématiques de fin de collège », chaque mardi à l’institut éponyme2, de 18 h 30 à 20 h. Et pas de panique, les notions importantes seront rappelées si elles ont été oubliées !

Quotidien, cinéma, littérature

Au programme : cinq modules répartis sur l’année universitaire, prenant pour point de départ l’étude des phénomènes physiques piochés dans notre expérience de tous les jours, le cinéma et la littérature… Aucune inscription préalable n’est requise, et les modules peuvent être suivis indépendamment les uns des autres. Surtout, les cours sont gratuits. « C’était un impératif pour nous, pour être accessibles à tous ! »
Le propos se veut didactique et ludique (lire encadré), avec le recours à moult extraits de films décortiqués, petites expériences et sondage des participants via leurs smartphones.

« Nous souhaitons vraiment revenir aux fondamentaux, avec pour objectif au fil de l’année une sensibilisation à la construction de la démarche scientifique. » Car l’ambition des organisateurs est aussi de démonter les raisonnements simplistes, en dotant leurs élèves d’armes basiques pour construire un raisonnement scientifique. « En France, l’idée que la Terre est plate ou a moins de 10 000 ans n'est pas si minoritaire que cela ! »

Dans l'amphithéâtre du cours de Physique pour tous, mardi 16 octobre.
Dans l'amphithéâtre du cours de Physique pour
tous, mardi 16 octobre.

Du lycéen au retraité

« Du lycéen au retraité », chacun peut suivre les cours « Physique pour tous ». Et c’est effectivement un auditoire très diversifié qui prend place chaque mardi soir, dans l’amphithéâtre Fresnel. Christian et Elisabeth, retraités adeptes des conférences du Jardin des sciences, viennent en couple, attirés par la promesse de « vulgarisation de la science ». Un peu plus loin, Grégoire Latron est venu « réactualiser » ses connaissances. Le professeur des écoles reconnaît que cela lui permettra d’aborder de manière « plus détendue » certaines notions auprès de ses élèves. Parmi les plus assidus : de nombreux étudiants en sciences de la vie, qui avouent volontiers « chercher à muscler leur point faible », tels Emma et Robin, qui se destinent à l’agrégation.

Rendez-vous est d’ores et déjà pris au lendemain des vacances de la Toussaint, pour le module « Physique du quotidien ». Le défi pour les organisateurs : fidéliser leur public – une centaine d’auditeurs jusqu’à présent à chaque cours, pour une formule qui semble gagnante… jusqu’à preuve du contraire !

Elsa Collobert

1 Intervenants : Eric Baussan (Université de Strasbourg-Unistra/Institut pluridisciplinaire Hubert-Curien-IPHC), Auguste Besson (Unistra/IPHC), Eric Chabert (Unistra/IPHC), Eric Conte (Université de Haute-Alsace/IPHC), Pierre Van Hove (CNRS/IPHC) et Thierry Pradier (Unistra/IPHC)

2 Institut de physique et ingénierie, 3-5 rue de l’Université, Campus historique, Strasbourg

J’ai testé pour vous un cours de « Physique pour tous ! »

C’est avec un peu d’appréhension que je m’assois ce mardi-là en amphithéâtre Fresnel, le plus haut possible pour ne pas me faire interroger – eh non, les cours de physique n’étaient pas mes préférés au collège (au lycée non plus, d’ailleurs…).

Je suis vite rassurée : le public qui a pris place autour de moi - provisionné de sandwiches et barres de chocolat - est nombreux et participe volontiers, qu’il s’agisse des sondages sur smartphone (photo) ou des questions.

Pour aborder la thématique d’aujourd’hui – « Je veux voler dans les airs comme Tom Cruise » –, Eric Conte commence par définir la notion d'impesanteur : « un état dans lequel on ne ressent pas son propre poids ».

Jusqu’ici, tout va bien… Et ça en sera ainsi pendant la bonne heure et demie que dure le cours. A travers différents exemples et projections d’extraits de films – Gravity, 2001 l’odyssée de l’espace - j’apprends qu’on peut jouer au ping-pong avec une goutte d’eau dans la station spatiale internationale ou encore qu’un astronaute en mission y perd jusqu’à 20 % de sa masse musculaire, le corps n'ayant plus à lutter contre les effets de la gravité…

En plus de pouvoir briller en société grâce à ces anecdotes, je saurai maintenant déceler une véritable chute libre en ascenseur par l’état d'apesanteur qu’elle provoque, grâce à l’explication d’une scène de La maison de l’horreur… Encore quelques séances, et je risque d’être totalement réconciliée avec la physique !

60 ans d’enseignement du journ... Changer d'article  « Galères vikings », une websé...